Association des Industries Chimie Pharma Life Sciences
Commentaire et position sur l’expérimentation animale

Dossiers - l'interdiction de l'expérimentation animale et humaine

Commentaire et position sur l’expérimentation animale

21.04.2021

L'initiative est extrême et, dans l'état actuel des possibilités scientifiques, elle aboutirait de facto à une interdiction de la recherche. Aux expériences sur les humains et les animaux, elle veut substituer le plus possible d’autres méthodes. Or, dans de nombreux domaines, la recherche sur les humains comme sur les animaux reste indispensable.

La recherche fondamentale est à l'origine de tout nouveau médicament. Elle étudie les mécanismes des maladies. Même si la recherche recourt aujourd’hui aux technologies les plus modernes, elle a toujours besoin des animaux. Les modèles animaux nous permettent de définir les processus vitaux à l’œuvre chez l'homme. Ils nous font mieux comprendre les pathologies afin de pouvoir mieux les soigner à l'avenir, voire les prévenir.

Les modèles animaux sont utilisés par exemple dans la recherche sur le cancer pour identifier le système de développement des tumeurs. En implantant des tissus humains dans des animaux, il est possible, par exemple, de reproduire les caractéristiques histologiques, génétiques et épigénétiques des tumeurs humaines ainsi que les schémas de croissance des tumeurs. Cette approche permet notamment de prévoir la réponse des organismes aux thérapies. Un tel processus dynamique ne peut être étudié sur une culture cellulaire ou une structure semblable à un organe, raison pour laquelle la recherche - malgré toutes les technologies de pointe dont on dispose aujourd’hui – continue de dépendre des animaux.

On ne procède aux expérimentations animales que lorsqu'elles sont indispensables pour des raisons scientifiques, éthiques et réglementaires et que rien ne peut les remplacer. Les entreprises pharmaceutiques axées sur la recherche s'emploient à les réduire dans toute la mesure du possible et à parfaire en permanence leurs normes exigeantes dans le cadre de projets spécifiques. L'accent est mis ici sur le principe des 3R : réduire, raffiner, remplacer. L'industrie pharmaceutique, les chercheurs, les spécialistes de l’expérimentation animale, la Confédération, les organisations de protection des animaux et les responsables politiques encouragent l'application des 3R depuis 30 ans, grâce à quoi il a été possible de réduire sensiblement le nombre d'expériences sur les animaux, qui est passé de 2 millions à moins de 600 000 par an, tout en diminuant le stress des animaux.

Vous trouverez de plus amples informations auprès de notre association partenaire Interpharma.


Fermer

Inscription newsletter

scienceindustries News
Positions des sessions
Point

 
 

Statistiques du commerce extérieur chimie pharma sciences de la vie

Analyses complémentaires

Export Chemicals Pharma Life Sciences Suisse par région

Analyses complémentaires